romancier francais

ce qui soude un couple après quelques mois

...
excision et autres contrariétés

Ce n’est pas l’amour, ce n’est plus de l’amour, ce n’est pas la sexualité qui soude notre couple mais la sensualité ; cette fusion de nos corps que tu n’imaginais pas possible, qui te retient, qui te fait tout supporter, même les pires insultes que tu as méritées. Mais la sexualité, celle dont tu pourrais te passer, la pénétration que tu regrettes "parfois" quand tu voudrais que j’apprécie nos corps serrés, oh oui que j’apprécie !... « C’est suffisant », la sexualité que tu ne peux pas vraiment connaître à cause de cette maudite excision. Cette mutilation, tu déconseilles à tes frères et sœurs de la pratiquer sur leurs filles, en leur expliquant qu’il ne s’agit pas d’une pratique musulmane mais d’une tradition, cette excision censée éviter aux femmes de devenir des femelles en chaleur « comme les européennes », cette excision qui permet à l’homme de s’assurer qu’il est le premier, plus je te regarde nue et plus son effet aphrodisiaque me trouble. Mais ce principe de la femme mutilée très excitante ne peut fonctionner qu’avec une soumission totale ! Comme tu me le résumais lors de nos premières journées d’amour, ces jours où j’arrivais chez toi avec la certitude de vivre des heures merveilleuses, encore après octobre 2008, malgré quelques inévitables instants de rappels du grand problème : « une femme musulmane est toujours disponible pour son mari. » Tu précisais néanmoins qu’il se devait de lui faire plaisir, en lui achetant des bijoux, des parfums, mais comprenais que je n’en aie pas les moyens. Oui, Amina, j’aimerais pouvoir te parler comme ça, en vrai, pas seulement dans ma tête, et si tu avais réaccepté notre merveilleux lien, là, il te réveillerait. Oui, Amina, cette fusion de nos corps, de nos cœurs, de nos émotions, de nos rêves, a existé et contrairement à ton Carlo, je n’ai jamais montré ni ressenti de mécontentement face à tes absences d’orgasmes, j’ai toujours su ressentir, attendre, déclencher, les vibrations de ton corps, ce plaisir qui n’est peut-être pas de l’orgasme mais t’apporte une immense satisfaction, quand tu es d’accord pour l’accepter, quand il ne te fait pas peur, parce que je suis le seul à te l’avoir apporté, même après que tu as su que c’était possible, oui, tu as cherché ça également avec ce connard, oui, je le comprends mais je ne veux plus l’entendre ton « tu es le seul qui sache me faire l’amour »… mais oui, si nos corps fusionnent ainsi, c’est parce que je fais réellement attention au tien… et que tu es dans l’amour… quand tu es revenue en décembre 2009 avec dans ton ordinateur le résultat de ton test Vih, qu’il y avait en toi cette trahison imbécile et indicible, oui, je me souviens très bien que nos corps ont éprouvé de grandes difficultés, car tu étais dans la culpabilité et je ressentais un profond malaise… Tu m’as trompé et même si je te trompais à mon tour, je ne te le pardonnerais jamais, tu as brisé la totale confiance que j’avais en toi, cette pureté à laquelle je t’associais. Malgré tes six mots, j’avais l’espoir que tu comprendrais devoir dépasser cela, je pensais avoir le temps, je pensais le temps avec nous… oui, tu finirais par venir, car je te manquerais trop… Oui, j’avais une totale confiance en toi, je n’ai pas voulu recourir au chantage « nous vivons ensemble ou je te quitte » car je n’aurais pas supporté de t’avoir quitté alors qu’il suffisait d’attendre, je croyais qu’il suffisait d’attendre, il ne pouvait rien arriver… et à force de vivre en France, tu t’éloignerais de ces vieilles traditions…

J’entendais sa respiration. J’ai eu envie de lui faire l’amour. Mais je savais qu’il ne fallait surtout pas la réveiller, qu’elle se serait fâchée...

Lire le début de ce chapitre .
(la fin dans le roman !)



la révolution numérique vue par le romanciez


Extrait du roman de la révolution numérique.





Ajout commentaire plus ou moins littéraire



Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.